Le syndrome métabolique (ou Syndrome X)

Définition du syndrome métabolique 

Le syndrome métabolique désigne un groupe de cinq facteurs de risque qui augmentent le risque de maladie cardiaque, de diabète et d’accident vasculaire cérébral (AVC). Ce n'est donc pas une maladie en soi.  Ces cinq facteurs de risque incluent un tour de taille important, une hypertension, une hyperglycémie à jeun, un taux élevé de triglycérides à jeun et un faible taux de cholestérol HDL, le «bon» cholestérol.

Les signes avant-coureurs de problèmes de santé ne sont pas toujours visibles ou ressentis. Ils peuvent par contre être détectés par votre médecin de famille, lors d'un examen de routine. 

Diagnostic du syndrome métabolique

Pour diagnostiquer le syndrome métabolique, il faut déterminer la présence des différents facteurs de risque.

Pour ce faire, il faut mesurer le tour de taille et la pression artérielle et réaliser des analyses de sang pour évaluer la glycémie à jeun et les niveaux de lipides (triglycérides et cholestérol HDL). Au Canada, nous nous servons des critères de la Fédération internationale du diabète pour en émettre le diagnostic. Le diagnostic du syndrome métabolique est établi lorsqu’au moins trois des facteurs de risque sont présents. Le tableau suivant présente les seuils pour les cinq facteurs de risque. 

 

Facteurs de risque

Seuils

Tour de taille important

Tour de taille* :

> ou = à 102 cm chez les hommes blancs  

> ou = à 88 cm chez les femmes blanches

*les valeurs varient légèrement en fonction du groupe ethnique.

Hypertension

Pression artérielle > ou = à 130/85 mm Hg

Hyperglycémie

Glycémie à jeun > ou = à 100 mg/dL ou > ou = à 5,6 mmol/L

Taux élevé de triglycérides

Triglycérides à jeun > ou = à 150 mg/dL ou > ou = à 1,7 mmol/L

Faible taux de cholestérol HDL

Cholestérol HDL :

< 40 mg/dL ou < 1,04 mmol/L chez les hommes

< 50 mg/dL ou < 1,29 mmol/L chez les femmes

 

Prévention et traitement du Syndrome Métabolique

La prévention et le traitement du syndrome métabolique incluent le changement des habitudes alimentaires et la pratique régulière d’activité physique. En général, cela permet une perte de poids et une amélioration des différents facteurs de risque. En effet, une perte de poids, même faible, permet d’améliorer le profil lipidique (cholestérol HDL et triglycérides), de diminuer la pression artérielle et de réduire la glycémie à jeun. Dans le cadre de la prévention et du traitement du syndrome métabolique, il est également important de traiter les autres facteurs de risque cardiovasculaires présents, comme le tabagisme. Enfin, si ces interventions sont insuffisantes, des médicaments peuvent parfois être utilisés.

Recommandations nutritionnelles pour le syndrome métabolique

La prévention et le traitement du syndrome métabolique passent principalement par la modification des habitudes de vie, dont l’alimentation fait partie intégrante. Voici quelques recommandations nutritionnelles pouvant contribuer à la prévention et au traitement du syndrome métabolique :

  • Consommer suffisamment de fibres. Les recommandations sont de 25 grammes par jour pour les femmes et de 38 grammes par jour pour les hommes. Les fibres se retrouvent notamment dans les fruits, les légumes et les grains entiers. Les fruits séchés, qui ont perdu leur eau, en contiennent beaucoup. Ils sont d'ailleurs très soutenants. Leur teneur en glucides est plus élevée qu'un fruit frais, il faut donc en consommer avec modération. Les fibres contribuent à réduire le cholestérol et à mieux contrôler la glycémie.
  • Consommer plus souvent des protéines végétales, comme les légumineuses (haricots, lentilles, pois, etc.), le soya (edamame, tofu, tempeh, etc.), les noix et les graines. Les protéines végétales contiennent davantage de fibres et moins de gras saturés que les protéines animales, ce qui pourrait être bénéfique pour la santé cardiovasculaire.
  • Limiter les gras saturés et trans, nocifs pour la santé cardiovasculaire. Ils sont notamment présents dans les aliments frits et les produits transformés.
  • Privilégier les gras insaturés, bénéfiques pour la santé cardiaque et présents dans les huiles végétales (ex. : canola, olive vierge extra, etc.), les poissons, les noix et les graines.
  • Limiter le sodium (1500 mg de sodium par jour ou environ ½ c. à thé de sel). La surconsommation de sodium augmente le risque de souffrir d’hypertension. On le retrouve principalement dans les aliments transformés (ex. : légumes et poissons en conserve, fromages, noix salées, etc.) et ultra-transformés (ex. : repas prêts-à-réchauffer, croquettes de poulet, soupes instantanées, etc.).
  • Limiter l’alcool. Sur le long terme, une consommation excessive d’alcool peut entraîner différents problèmes de santé, comme des carences en vitamines, des problèmes cardiaques et des maladies du foie.

Références

 

S