Le syndrome de prolifération ou de pullulation bactérienne intestinale (SIBO)

Définition

Le syndrome de prolifération ou de pullulation bactérienne intestinale est également connu sous le nom de « small intestinal bacterial overgrowth » (SIBO) en anglais.  Encore méconnu, il chevauche souvent ou encore est souvent associé au syndrome de l’intestin irritable, avec lequel il partage beaucoup de symptômes. Certaines recherches suggèrent que le SIBO serait présent dans 80% des cas où il y a un syndrome de l'intestin irritable.

Il s’agit d’une des causes les plus fréquentes de la malabsorption. On parle de syndrome de prolifération bactérienne lorsque le nombre de bactéries présentes dans l’intestin grêle est supérieur à 105 bactéries/mL. Le problème n’en est pas un de qualité des bactéries, mais plutôt un problème du nombre trop élevé de bactéries normales, au mauvais endroit.  En se multipliant dans l’intestin grêle, ces bactéries, qui se nourrissent de glucides, produisent des gaz qui pourraient être à l’origine de symptômes divers.

La concentration bactérienne intestinale est maintenue grâce à différents facteurs tels que le mouvement du contenu intestinal (péristaltisme), la production d’acide gastrique et le mucus. Chez les individus atteints du syndrome de pullulation bactérienne intestinale, certains de ces facteurs peuvent être altérés ce qui permet aux bactéries intestinales de proliférer et mène à une malabsorption des nutriments ingérés ainsi qu’à autres symptômes.

Étiologie

La cause du syndrome de pullulation bactérienne intestinale n’est pas encore clairement déterminée.

Il pourrait être causé par des troubles qui diminuent ou ralentissent le mouvement du contenu intestinal, réduisent l’évacuation des bactéries en excès et par conséquent permettent à certaines bactéries normalement présentes dans l’intestin de proliférer. Les causes de ce syndrome pourraient être regroupées en 4 catégories :

  • La prise de médication

Ils peuvent survenir lors d’un traitement au long cours d’inhibiteurs de la pompe à protons (souvent prescrits pour soulager le reflux gastrique).

  • Les anomalies et/ou les modifications anatomiques de l’estomac et/ou de l’intestin grêle

Ils peuvent être causés par des maladies telles que la diverticulose ou survenir suite à une intervention chirurgicale comme la gastrectomie.

  • Les troubles de la motricité intestinale

Ils peuvent être causés par différentes maladies comme la sclérodermie, le diabète sucré, la pancréatite chronique, l’hypothyroïdie, etc. En effet, le diabète est la cause la plus fréquente du ralentissement des mouvements intestinaux. 

Le syndrome de l’intestin irritable ou encore la maladie de cœliaque sont aussi des facteurs de prévalence assez élevés du SIBO.

  • L’absence de sécrétion d’acide gastrique (achlorhydrie)

Associée à des troubles de la motricité intestinale, elle peut causer une prolifération bactérienne, notamment chez les personnes âgées.

Symptômes

Functional medicine solutions for SIBO (Small Intestinal Bacterial  Overgrowth) - Podcast #98

Les symptômes du syndrome de prolifération bactérienne peuvent inclure des symptômes extradigestifs tels la fatigue chronique ou des troubles de la concentration, des maux de tête, des douleurs articulaires, de l'eczéma, de la rosacé de l'asthme, la dépression

Bien entendu, il y a des symptômes digestifs, tels des douleurs abdominales, des ballonnements, des gaz, des éructations, la nausée, des reflux, de la constipation, une diarrhée ou une stéatorrhée (diarrhée huileuse).  En effet, les bactéries intestinales en excès altèrent les sels biliaires impliqués dans la digestion des lipides ce qui mène à la malabsorption des matières grasses et peut être à l’origine de la stéatorrhée, ou encore à de l'anémie.

Cependant, plusieurs personnes atteintes de ce syndrome sont asymptomatiques et ne présentent qu’une perte de poids ou des carences nutritionnelles. En effet, les bactéries présentes en excès consomment les nutriments ingérés, notamment les glucides et la vitamine B12, ce qui peut mener à des carences en calories, en vitamines et en minéraux.

Diagnostic

Actuellement, le test diagnostique de référence pour le syndrome de prolifération bactérienne est la culture d’un échantillon du liquide intestinal présentant une concentration bactérienne supérieure à 105 bactéries/mL. Cependant, ce test comporte certaines limites. En effet, ce test est invasif puisqu’il requiert une endoscopie, il est coûteux, il comporte des risques de contamination, il peut ne pas détecter le syndrome s’il est présent dans une section plus distante de l’intestin grêle et la culture des bactéries intestinales peut comporter des difficultés. Pour pallier ces inconvénients, des méthodes de détection indirectes du syndrome ont été développées.

Par exemple, il existe maintenant des tests respiratoires non-invasifs, mais ces tests sont également moins sensibles et moins spécifiques. Par conséquent, davantage de recherches sont nécessaires pour développer des méthodes diagnostiques moins invasives du syndrome de prolifération bactérienne intestinale.

Traitement

Le traitement médical du syndrome de pullulation bactérienne inclut des antibiotiques, tels la rifaximine ou le métronidazole et des modifications alimentaires.  Le tiers des patients guériraient à l’aide d’une seule prescription d’antibiotiques.  Cependant, les récidives demeurent fréquentes, car la cause de l’apparition du SIBO doit aussi être réglée. Le défi des gastroentérologues est dont de traiter la dysfonction sous-jacente, qui elle cause la prolifération des bactéries. Dans certains cas, malheureusement, cela est presque impossible. Il est par contre possible de traiter à l’aide d’antibiotiques plus d’une fois, et certains médicaments peuvent aussi aider à accélérer la motilité de l’intestin grêle. Aussi, les gastroentérologues suggèrent des cures de probiotiques ainsi qu’une diète faible en FODMAP pour aider les patients à retrouver un confort digestif.

Approche nutritionnelle

L’approche nutritionnelle du syndrome de pullulation bactérienne implique une modification du régime alimentaire. En effet, l’adoption d’une alimentation faible en glucides (la diète FODMAP) et élevée en lipides est généralement recommandée. Ce régime peut être bénéfique pour limiter les symptômes digestifs et la malabsorption puisque les bactéries intestinales consomment principalement les glucides au détriment des lipides. Ce régime permet ainsi de limiter la croissance bactérienne. Enfin, des suppléments alimentaires de qualité peuvent aussi être utilisés pour prévenir ou corriger les carences nutritionnelles en calories, en vitamines, en minéraux, etc.

 

Comme pour les autres causes de la malabsorption, l’approche nutritionnelle du syndrome de prolifération bactérienne intestinale vise à ajuster les apports alimentaires de façon à offrir une alimentation qui soit la plus adéquate et la plus équilibrée possible tout en limitant les symptômes digestifs et en évitant d’aggraver la malabsorption. Ces ajustements peuvent demander l’assistance d’un ou d’une diététiste pour déterminer les apports alimentaires adaptés aux besoins de chaque individu, pour définir les aliments appropriés et pour mettre en place des stratégies alimentaires personnalisées.

 

Références

  1. Dibaise, J. K. “Assessment of malabsorption.” Modern Nutrition in Health and Disease, by A. Catharine Ross, Wolters Kluwer/Lippincott Williams & Wilkins, 2014, pp. 1054–1057.
  2. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/professional/troubles-gastro-intestinaux/syndromes-de-malabsorption/syndrome-de-pullulation-bact%C3%A9rienne
  3. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/troubles-digestifs/malabsorption/syndrome-de-prolif%C3%A9ration-bact%C3%A9rienne
  4. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/les-faits-en-bref-troubles-digestifs/malabsorption/syndrome-de-prolif%C3%A9ration-bact%C3%A9rienne
  5. https://www.quebecscience.qc.ca/sciences/sibo-trouble-digestif-traitement-delicat/
  6. Detail- Forum Médical Suisse (medicalforum.ch)

 

 

Article rédigé par:

Marie-Noël Marsan, Nutritionniste

 

 

S