Le reflux gastro-œsophagien chez l’adulte

Définition

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une maladie du tube digestif qui affecte l’œsophage. L’œsophage relie la gorge à l’estomac, dont il est séparé par un muscle appelé sphincter œsophagien inférieur (SOI). Lorsque ce muscle ne fonctionne pas adéquatement, le contenu de l’estomac peut remonter dans l’œsophage et endommager sa muqueuse, qui n’est pas faite pour tolérer l’acidité du liquide gastrique. Le RGO peut être érosif ou non-érosif. Le RGO érosif présente une inflammation, des érosions ou des ulcérations au niveau de l’œsophage. Le RGO non-érosif est le plus commun et ne présente pas d’inflammation, d’érosions ou d’ulcérations.

Symptômes

Les symptômes du RGO peuvent inclure une corrosion dentaire, une sensation de brûlure partant de l’estomac et remontant vers la bouche (pyrosis) après les repas ou en position couchée, des régurgitations (goût amer dans la bouche), une difficulté à la déglutition (dysphagie), une douleur à la déglutition (odynophagie), un mal de gorge, une toux et une douleur à la poitrine non liée au cœur.

Traitement

Le traitement du RGO peut inclure une approche médicale (ex. : médicaments pour réduire l’acidité gastrique), une approche nutritionnelle ainsi que des modifications comportementales. Dans certains cas, une chirurgie, appelée fundoplicature, peut être nécessaire. 

Approche nutritionnelle

L’approche nutritionnelle comprend cinq points clés :

 

  1. Augmenter la pression du sphincter œsophagien inférieur (SOI)

Le sphincter œsophagien inférieur est le muscle qui sépare la base de l’œsophage et l’estomac. Lorsque la pression est adéquate, il empêche le contenu acide de l’estomac de remonter dans l’œsophage. Certains aliments contribuent à augmenter la pression du SOI. C’est notamment le cas des aliments riches en protéines, comme la viande maigre et les produits laitiers faibles en matières grasses. En revanche, certaines substances diminuent la tension du SOI et sont à éviter. C’est le cas du gras (en excès), de l’alcool, de certains médicaments, du tabac, de la menthe et des méthylxanthines, des composés naturellement présents dans le chocolat, le thé et le café.

  1. Prévenir l’irritation de la muqueuse œsophagienne

L’irritation de la muqueuse œsophagienne peut être exacerbée par la consommation de certains aliments. Parmi ces aliments, on retrouve les tomates et leur jus, les agrumes et leurs jus, la caféine, les épices fortes, l’alcool et les boissons gazeuses.

  1. Faciliter la vidange de l’œsophage et de l’estomac

La vidange de l’œsophage et de l’estomac peut être favorisée grâce à quelques modifications comportementales. Ces modifications incluent de pratiquer des activités physiques légères et d’éviter de se pencher vers l’avant ou vers l’arrière après les repas. Il est aussi recommandé d’éviter de manger 2 à 3 heures avant d’aller se coucher et de rehausser la tête du lit de 15 à 20 cm, en utilisant un oreiller supplémentaire, par exemple.

  1. Éviter d’avoir une trop grande pression sur l’estomac ou éviter d’avoir une trop grande pression intra-abdominale

Plusieurs stratégies peuvent être mises en place pour limiter la pression sur l’estomac. Ces stratégies incluent d’avoir un poids idéal, d’éviter de porter des vêtements trop serrés et d’éviter la constipation (à voir ici l'article La constipation chez l'adulte). La perte de poids peut s’avérer nécessaire en cas de surplus pondéral.

  1. Éviter d’avoir une trop grande pression dans l’estomac ou éviter l’hyperpression gastrique

Il existe différentes recommandations pour limiter la pression dans l’estomac. Ces recommandations peuvent inclure:

  • Consommer de petits repas fréquents et des collations au courant de la journée.
  • Manger et boire lentement en prenant le temps de bien mastiquer les aliments.
  • Éviter d’avaler de l’air en mangeant et en buvant (ex. : gomme à mâcher, boissons gazeuses, etc.).
  • Éviter de boire des liquides 30 minutes avant et après les repas.

 

Le traitement nutritionnel du RGO inclut des recommandations alimentaires (ex. : éviter les aliments irritants, etc.) ainsi que des modifications du comportement (ex. : surélever la tête du lit, perdre du poids, etc.). Comme pour toutes les recommandations nutritionnelles, celles pour le RGO doivent également toujours être personnalisées selon l’alimentation et les besoins spécifiques de chaque individu afin d’offrir un traitement adéquat. N’hésitez pas à consulter un/une professionnel/le de la santé qui saura vous accompagner et répondre au mieux à vos besoins spécifiques grâce à un traitement adapté à votre situation personnelle.

 

Références

  1. Bouthillier, Lise. Janvier 2019. «Maladies du tube digestif». NUT 2047 – Nutrition clinique 2. Montréal : Université de Montréal.
  2. D’Aoust, Louise. Janvier 2019. «Physiopathologie du système digestif». NUT 2047 – Nutrition clinique 2. Montréal : Université de Montréal.
  3. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/troubles-digestifs/maladies-de-l%E2%80%99%C5%93sophage-et-de-la-d%C3%A9glutition/reflux-gastro-%C5%93sophagien-rgo#
  4. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/professional/troubles-gastro-intestinaux/troubles-%C5%93sophagiens-et-de-la-d%C3%A9glutition/gastroesophageal-reflux-disease-gerd?query=Reflux%20gastro-%C5%93sophagien%20(RGO)
  5. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/les-faits-en-bref-troubles-digestifs/maladies-de-l-%C5%93sophage-et-de-la-d%C3%A9glutition/reflux-gastro-%C5%93sophagien-rgo

 

Article rédigé par:

Marie-Noël Marsan, Nutritionniste

 

 

R