L’œsophagite à éosinophiles

Définition

L’œsophagite à éosinophiles ou œsophagite éosinophilique (EoE) est une maladie chronique auto-immune. Elle est caractérisée par une inflammation et une présence accrue d’éosinophiles au niveau de l’œsophage. Les éosinophiles sont un type de globules blancs, des cellules ayant notamment un rôle dans la réponse aux réactions allergiques. Enfin, la présence d’atopie, une prédisposition génétique à développer des allergies (ex. : allergies alimentaires ou autres, asthme, eczéma), représente un des facteurs de risque favorisant le développement de cette maladie.

Étiologie

La cause de l’EoE est complexe et multifactorielle. La production d’éosinophiles peut être causée par une prédisposition génétique, une réaction anormale du système immunitaire à des antigènes alimentaires et/ou environnementaux et une altération de l’intégrité de la paroi de l’œsophage, engendrant une exposition accrue aux antigènes alimentaires.

Diagnostic

Le diagnostic de l’EoE se fait habituellement via une endoscopie et des biopsies.

Symptômes

Les symptômes de l’EoE peuvent varier selon l’âge des individus atteints par cette maladie. Chez les adultes, ils peuvent comprendre la difficulté à avaler les solides (notamment les viandes, le riz et certaines aliments plus secs), la sensation de nourriture coincée après avoir mangé, les vomissements, le reflux, et la douleur abdominale ou thoracique. D’autres symptômes peuvent être plus difficiles à déceler, tels le fait de manger lentement, de mastiquer excessivement et de boire tout au long du repas pour aider à avaler la nourriture.

Chez les jeunes enfants, on peut observer des retards de croissance, des vomissements, le refus de nourriture et des difficultés de transition vers des aliments plus solides.

Traitement

Le traitement comprend habituellement des médicaments et des modifications au régime alimentaire, prescrits par le gastro-entérologue. L’apport d’un nutritionniste et d’un allergologue (si vous souffrez d’allergies) peut être utile. L’objectif du traitement est d’atténuer vos symptômes et de réduire le nombre d’éosinophiles dans le tissu touché ou de les éliminer au complet. Les traitements doivent être individualisés, puisque dans ce cas-ci, chacun a ses particularités individuelles.

Traitement nutritionnel

Le traitement nutritionnel de l’EoE comprend généralement l’instauration d’une diète d’élimination qui peut être basée sur des tests d’allergie ou empirique (prédéfinie).

Dans le cas de la diète d’élimination basée sur des tests d’allergie, tous les allergènes alimentaires identifiés par les tests sont éliminés du régime alimentaire.

Dans le cas de la diète d’élimination empirique, le traitement nutritionnel consiste à éliminer progressivement deux ou plusieurs groupes d’allergènes alimentaires en fonction de la réponse de l’individu à chaque étape.

La première étape est l’instauration d’une diète d’élimination de deux aliments ou two-food elimination diet (TFED) en anglais. Les deux aliments éliminés avec la TFED sont le lait et le blé.

Si la TFED ne suffit pas, la deuxième étape est de progresser vers une diète d’élimination de quatre aliments ou four-food elimination diet (FFED) en anglais. On ajoute alors les œufs et les légumineuses, incluant le soya, aux aliments éliminés avec la TFED.

Enfin, si la FFED ne suffit toujours pas, la troisième et dernière étape est de progresser vers une diète d’élimination de six aliments ou six-food elimination diet (SFED) en anglais. Les deux nouvelles catégories d’aliments éliminés sont les noix, incluant les arachides, ainsi que le poisson et les fruits de mer.

De plus, lors du traitement nutritionnel, il est également important de veiller à combler les besoins en vitamines et en minéraux des individus. La prise de suppléments sans allergène peut être nécessaire.

 

Finalement, le régime d’élimination est généralement observé durant une période allant de six à huit semaines. Ensuite, les individus subissent une endoscopie ainsi que des biopsies afin d’observer leur réponse au traitement nutritionnel. En fonction des résultats obtenus, un protocole de réintroduction des allergènes éliminés peut être initié ou non. Lorsque la réponse au traitement est positive, la réintroduction se fait de façon progressive, un allergène à la fois.

 

Références

  1. Bouthillier, Lise. Janvier 2019. «Maladies du tube digestif». NUT 2047 – Nutrition clinique 2. Montréal : Université de Montréal.
  2. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/professional/troubles-gastro-intestinaux/troubles-%C5%93sophagiens-et-de-la-d%C3%A9glutition/%C5%93sophagite-%C3%A0-%C3%A9osinophiles
  3. https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/troubles-digestifs/maladies-de-l%E2%80%99%C5%93sophage-et-de-la-d%C3%A9glutition/%C5%93sophagite-%C3%A0-%C3%A9osinophiles
  4. https://badgut.org/centre-information/sujets-de-a-a-z/atteintes-gastro-intestinales-a-eosinophiles/?lang=fr

Article rédigé par:

Marie-Noël Marsan, Nutritionniste

 

 

O